lundi a Manille...

Publié le par blandine

Lundi 26 octobre

Le matin, nous allons renouveller nos visas qui arrivent bientot a expiration, nous voila donc autoriser a rester deux mois de plus aux Philippines, toujours pas de casier judiciaire, ouf! On commence a se debrouiller de mieux en mieux seules dans la jungle “manilloise”! Metro, velo-tricycles ou tricycles motorises, on ose! La difficulte, outre parfois les problemes de communication, est de ne pas se faire avoir. On ne passe pas inapercues avec nos tetes de blanches, les touristes sont peu nombreux et source de potientell revenu pour tous ces pauvres gens. Mais maintenant que nous connaissons les prix et les coutumes, nous sommes vigilantes, ce qui provoque le desarroi des chauffeurs de taxi a qui l’on demande de mettre leur compteur ou de prendre un autre chemin, plus court que celui dans lequel ils comptait nous perdre! Pour cela Magali est vraiment precieuse avec son extraordinaire sens de l’orientation! Nous n’osons pas encore les Jeepneys seules. Tres jolis d’exterieur mais difficile de savoir au milieu de ce fouillis dans quelle direction ils vont.

                Le bureau d’immigration se situe dans la vieille ville. Nous profitons donc d’y etre pour se balader car il fait beau, et toujours aussi chaud! A Manille, le temps devient de plus en plus sec ce qui n’est aps desagrable. La vielle ville, Manille intra muros, est tres agreable avec ses vieilles maisons espagnoles regroupees autour de la cathedrale et de l’eglise St Augustin.

Puis l’apres-midi nous recuperons nos visas pour ensuite aller au prieure et envoye des rapports sur nos diverses missions medicales au Dr Dickes et a Yolly. Sur place on retrouve aussi Jerwin. Les reponses que nous attendions sont negatives, Manille resorbe petit a petit les degats des inondations et n’a plus besoin du meme secours medicale. C’est maintenant un travail plus en profondeur qui est necessaire. Il y a de gros besoins d'aide dans les provinces avoisinnantes devastees elle aussi par les inondations puis par des typhons d’une force et d’une frequence anormale. Mais comme c’est loin cela demande un peu de temps pour l’organiser et des fonds supplementaires… que nous n’avons pas! Doc decide donc d’arreter la les missions. De beaux moments qu’on ne revivra plus! Il va falloir que l’on range les medicaments restants et peut-etre va-t-on pouvoir prendre quelques vacances? Des invitations et des projets commencent a germer dans nos tetes!

Commenter cet article