Un enterrement a la philippine

Publié le par blandine et perrine

Lundi 14 et Mardi 15 Decembre

Depuis notre retour nous logeons au bureau meme de l'Acim et non plus dans notre petite maison. Les filles de l'ACIM nous ont gentiment amenagees une petite chambre avec de jolies petits rideaux, des etageres blanches, des ceintres, un petit coin priere ! L'avantage c'est qu'on est sur place on se leve moins tot le matin, ce qui nous permet de recuperer, et on peut rester plus tard sur internet! C'est aussi beaucoup plus clean que la maison de Toizon (ou on etait avant) plus clair et plus lumineux quoique plus petit … mais avec toujours ces fichus crocroachs !!!. On reste a la douche au tabot (casserole) mais grand luxe pour nous on a une vraie chasse d'eau, et surtout plus de pompe a eau et de blocage de l’eau courante! L'inconvenient c'est qu'il n'y a qu'un matelas pour trois, les autres dorment sur des especes de grand bancs locaux. Largeur nickel, mais un brin trop court, il y a les pieds qui depassent, et je suis la plus petite des trois! Mais nous nous accomodons pas mal de notre banc, peut-etre, y a-t-il un peu de fatigue ou peut etre plus d'endurance... qui sait! Nous tournons donc chaque soir comme cela pas de jalousie! Ici il fait vraiment beaucoup plus chaud qu'a Manille. Lorsque nous avons quitte la capitale le temps n'etais plus humide et pas trop chaud (temps vraiment ideal). Il fait plus de 30 degres(maintenant il y a un thermometre au bureau, on sait!) et a cause de la poussiere on se sent vraiment tout collant ! Vive la douche du soir! Les ventilateurs fonctionnent 24h sur 24 (trois dans la meme piece, deux la nuit dans notre chambre). Des notre arrivee, Yolly nous dit qu’une bienfaitrice des missions Rosa Mystica est brusquement decedee. Elle a donc promis que nous irions prier et soutenir la famille. Outre notre soutien a cette famille endeuillee, cela nous permet aussi de decouvrir comment est vecu le deuil aux Philippines. Nous acceptons donc volontiers de l’accompagner. Nous sommes allees veiller cette dame decedee depuis une semaine et dont le cercueil, recouvert d’une vitre, est expose dans la salle commune de la maison, salle ou tout le monde passe et repasse y compris les enfants. Ici ils n’ont pas le meme rapport avec la mort : celle-ci fait partie de leur quotidien et ils ne la cachent pas comme nous en France. On devait surement retrouver ce genre d’ambiance en France autrefois dans les campagnes.(Pour nous la rupture c’est faite au XIXeme siècle quand on a voulu decentrer les cimetieres et les placer en dehors de la ville, contrairement au passé ou ceux-ci se trouvaient a cote de l’eglise,c’est a dire au centre de la ville.) A peine arrives la maitresse de maison nous propose de manger mais nous lui expliquons que nous preferons d’abord prier devant la defunte. Nous recitons le chapelet au pied du cercueil tout blanc entoure de nombreux bouquets de fleurs déjà fanes…Au dessus du cercueil trone une affiche avec une photo de la defunte. C’est apparemment la coutume d’imprimer une affiche a l’effigie du defunt. Nous venons juste de terminer nos prieres, que nous voila assises sur des chaises mangeant sandwichs et gateaux devant le cercueil. Marie-Car fait le clown et raconte des blagues a Blandine qui, incorrigible, ne tarde pas a rire, la fatigue aidant (la nuit a l’aeroport a ete courte…)! Mais ici il est habituel de parler devant le mort et rire n’est pas inconvenant. Nous avons assiste quelques jours plus tard a l’enterrement de cette personne dans le cimetiere de Gensan. Pas un seul des cimetieres de Gensan ne sont catholiques! Yolly nous explique que la civilisation espagnole n’est pas venue jusque dans l’ile de Mindanao en raison de la presence toujours reelle d’une minorite de musulmans. C’est la raison pour laquelle Gensan n’est pas une cite tres catholique. Un homme orchestre la ceremonie, tel un DJ avec ses lunettes de soleil et ses cheveux gomines. Les gens pleurent tous, il faut dire que la musique bien sucree jouee par le piano et chantee par la chorale y aide. Ceremonie conscieusement filmee et photographiee a la maniere de nos mariages. Et celle-ci est a peine finie qu’on nous distribue, sur place et sans transition, toutes sortes de boissons et de gateaux. Un peu etrange de manger et de parler alors que quelques minutes plus tot le moment etait au recueillement et a la tristesse!

Commenter cet article