Mission medicale a Malanday (Marikina City)

Publié le par perrine

 

Nous arrivons ce matin a 7h15 au prieure pour assister a la messe celebree par l’abbe Suelo. Nous prenons ensuite un petit dejeuner philippin dans un boui-boui pres du prieure. Pour doc : riz et saucisse mais les trios francaises s’en tiennent a des petits pains. Il est 9 h et nous pertons avec l’abbe Onoda qui doit nous montrer notre nouvel hebergement. Cristrina en effet ne peut plus nous loger mais heureusement l’abbe Onoda veille sur nous ! Il a donc contacte une paroissienne de la paroisse qui gentiment nous a propose un studio immense au 5eme etage d’un immeuble a 10 minutes en voiture du prieure. Une suite royale avec living-room, cuisine, sale a manger, salle de bains avec, pour luxe supreme, une douche, et enfin une grande chambre. La surface de cet appartement est immense par contre il y a tres peu de choses car il est tres rarement habite. La proprietaire de cet appartement est la patronne d’une entreprise dont le  siege se trouve a l’etage du dessous. Ils sont d’origine chinoise, ce qui n’est pas etonnant car ici aux Philippines se sont souvent les chinois qui sont a la tete des enterprises.

Nous ne retournons au prieure qu’a 10h30 et partons ensuite en voiture avec l’abbe Suelo et l’abbe Dolotina. Le voyage jusqu’au quartier de Santo Nino est long a cause de la circulation. Il faut savoir qu’a Manilla il faut parfois 3heures pour aller d’un point a un autre de la ville. Patience, patience… Nous arrivons a Malanday (dans Marikina City). Notre lieu de mission est une ecole. Malheureusement pour nous, nous confondons la School Elementary avec la High School. Le Pere Emmanuel vient nous sauver de ce mauvais pas et nous conduit a la High School en bicyclette.(sa fidele amie !). Cette ecole est situee pres de la riviere. Nous apercevons tout un attroupement de gens car deux enfants se sont noyes dans la riviere et on recherche les corps. Quelle scene triste ! Nous rencontrons aussi le camion d’une autre association boudhiste qui distribute de la nourriture et devant lequel stationne une file d’attente interminable.

Nous disposons a l’interieur de l’ecole d’une grande piece mais sur le sol, de la boue sechee. Nous repartons avant de commencer la mission car il est 13h et nous n’avons pas encore dejeune. Nous pensons revenir dans une heure maxi. Mais la circulation est intense et les restaurants sont pour la plupart fermes a cause des degats causes par les inondations. Nous finissons par trouver enfin un restaurant pas trop cher et bon ! (cela change du Jolybee!). Apres le dejeuner nous nous arretons dans un mall pour quelques courses: des stylos (nous en faisons une consommation incroyable car a chaque fin de mission nous en perdons, a croire que certains les mangent !!!), eau, sacs en plastic sans oublier bien sur les snacks sans lequels les philippins ne peuvent tenir… (les philippins mangent tout le temps: en plus des trois repas habituels, ils mangent un snack le matin et un l’apres midi). Doc Cagape envoie pendant ce temps un mail aux francais rencontres la veille pour leur envoyer la liste de medicaments don’t nous avons besoin.

Nous ne commencons la mission qu’a partir de 15h30. Suzanne, paroissienne du prieure, distribute des chapelets pendant que l’abbe Dolotina benit les maladies. Je galere un peu a trouver les medicaments car nous n’avons pas pu tous les sortir des boites et surtout je ne connais pas encore tous les noms(du coup je derange regulierement a Magali qui me repond toujours avec la meme patience d’ange) Le soir tombe vite et nous n’avons pas d’electricite a l’interieur ce qui nous oblige a stopper la mission a 18h. Seulement 80 patients aujourd’hui. Demain nous continuons la mission au meme endroit. Du coup doc se propose de dormir sur place pour garder les medicaments et eviter de devoir les ranger a nouveau dans les cartons et de les transporter.Il reste donc seul avec un gardien. Il est 19h quand l’abbe Dolotina nous depose chez nous. On a donc un peu de temps libre devant nous pour nous occuper de notre lessive, du diner.. Nous esperons aussi pouvoir nous coucher tot. A voir…

 

Commenter cet article