mission dans un autre terrain de basket San Mateo

Publié le par Blandine

Jeudi 15 octobre

Nous devions partir a 7h30 mais Doc, ayant prevu du retard (!) nous a demande de rester chez nous et d’attendre le coup de sonnette… Nous ne sommes donc pas du tout surprise d’attendre une petite heure!

Apres une bonne heure de route, nous atteignons notre lieu de mission. Nous sommes aujourd’hui, un tout petit peu a l’exterieur de Manille, nous passons donc par de tres jolis paysages, bien vallonnes. Les medicaments sont déjà la et une equipe de gens habilles de gilets roses (personnels du barangays) s’occupent déjà de les ranger… mais pas du tout dans notre ordre habituel, alphabetique…et nous commencons a avoir nos petites habitudes après 9 jours de mission! Cet ordre est surtout necessaire si nous voulons etre efficaces! Perrine est malade aujourd’hui, fievreuse, elle s’occupe donc juste de la verification, comme ca elle est assis sur une chaise et ne bouge pas trop! Doc trouve son rythme et 4 scribes, 4 pharmaciens suffisent a peine a suivre son rythme… Et pourtant il garde malgre tout son efficacite, l’oeil a tout, surveillant que les pansements soient faits correctement, que les medicaments soient bien distribues, que les volontaires aillent bien et n’aient besoin….il est bluffant! Il trouve son energie, nous a-t-il explique, a chaque fois qu'il soigne une personne dans le besoin!

 Les patients ce matin paraissent un peu moins touches par les inondations que les quartiers precedents, moins de plaies,moins de champignons, mais semblent tout aussi pauvres et necessitant medicaments et docteurs… Le terrain de basket ne desemplit pas… Heureusement, l’”armee” toute de rose vetue, gere parfaitement le flux.  Particularite du jour: toutes ces femmes enceintes, souvent tres jeunes (a peine la vingtaine) qui arrivent avec leur prescription du centre de santé pour recuperer  les medicaments necessaires! Dejeuner dans la salle de conseil au calme et assis!! Ce terrain de basket avec ces centaines de personnes a l’interieur est tellement bruyant! Et le dos, courbe sans pause, sur nos tables a rechercher les medicaments, commencent a fatiguer! Perrine, HS, reste faire une sieste dans la petite infirmerie. Elle est veillee par une charmante dame en rose persuade qu’en France les infirmieres et professeurs gaganent des fortunes…

Pendant ce temps dans notre terrain de basket, le rythme loin de diminuer s’intensifie. Efficaces et robotisees, avec Magali, nous commencons a connaitre les 104 medicaments de la table des codes par coeur! Pas un instant de repit! A quatre heure, 2mn chrono gouter avec hamburger coca, on avalerait n’importe quoi! Perrine nous rejoint vers 5h et nous ne nous arretons plus jusqu’a 7h. 565 patients pour un seul medecin…bravo Doc Cagape!

Rangement de notre materiel et ¾ d’h  plus tard embarquement dans la jeep! Grands adieux, remerciements emus… toujours aussi prenante, cette simplicite de la population qui nous dit au revoir et merci, nous aimerions pourtant leur dire que ce serait plutot a nous de les remercier pour leur sourire, leur patience et tout ce qu’elle nous apporte pedant ces missions!

Nous finissons par demarrer… pour s’arreter quelques metres plus loin, probleme mecanique? Non, ils n’arrivent pas a decider qui nous accompagne! Le jeune monte en premier par un autre, qui resort pour etre remplace par deux femmes et pas du petit modele, plus tout nos cartons, plus nous 4….nous voyageons serres! Nous voila de nouveau en route pour s’arreter de nouveau sur une cote…. La le probleme est clair, trop de poids pour la jeep. On descend, les garcons poussent et nous revoila a l’interieus priant pour que nous puissions passer sans soucis toutes les autres cotes…nos lits nous appellant! Doc, gentiment, a pitie de nous, une fois arrive, dans Manille, et nous fait prendre un taxi climatise et confortable qui nous depose chez nous!

Peut-etre notre derniere journee de mission…car il commence a manquer de pas mal de medicaments. On verra tout cela avec Doc demain, en fin de matinee, tout le monde a besoin d’un peu de repos, surtout Perrine!

Commenter cet article