Les sourires au milieu de toute la misere du monde

Publié le par blandine

Le dimanche 4 octobre

 

Ce matin messe a 9h.  A la sortie de la messe, on prolonge le parvis, les philippins etant tres curieux viennent tous voir qui sont ces trois nouvelles tetes! Discussions en francais avec un couple qui parle sans accent alors qu’ils n’ont jamais quitte les Philippines, impressionnant! Ou encore en anglais avec tous les gens que nous avons déjà croise hier ou ceux intrigues de voir debarquer trois tetes blanches.

L’abbe Onoda nous demande de l’aider a preparer l’interview qu’il aura avec  le Dr Dikes pendant son intervention sur Radio Courtoisie. Il nous donne rendez-vous a 16h afin d’assister a l’interview telephonique. Il a le projet de se rendre en voiture sur les lieux les plus touches afin de donner un apercu plus realiste de la situation.

Nous dejeunons ensuite avec Miko au barbecue, repas offert par l’abbe Onoda. En attendant l’heure de notre rendez-vous, nous enregistrons quelques chansons pour l’abbe Dolotina, grand admirateur de nos melodies francaises. Et nous voila partis evaluer les traces laissees par les inondations. Nous deposons au passage Annalee qui va faire imprimer une banniere d’accueil pour nos missions puis le Docteur Cagape qui va essayer de prendre des contacts dans les barangays (quartiers) les plus touches afin d’organiser les missions suivantes dans les quartiers les plus demunis.

Nous partons ensuite dans les quartiers concernes par les inondations. Premier halte a Marikina. C’est un endroit plutot riche mais effectivement dans tous les rez-de-chausse, il ne reste plus rien tout ayant ete emporte par l’eau qui est monte a hauteur du premier etage au minimum. Puis nous traversons le pont qui enjambe la riviere Marikina et arrivons dans un quartier bien plus pauvre. La, nous realisons que tout ce que nous avons vu depuis deux jours n’est rien par rapport a ce que nous voyons maintenant. Des pauvres bicoques partout a moitie detruites, des tas d’immondices charies par l’eau dans tous les coins, quasi 30 cm de boue encore partout. Et de vraies tableaux de desolations tels ce terrain de basket plein de boue avec le panier couche, ou ces familles vivant sous des tentes faites de baches dechirees essayant peniblement de lessiver un peu de linge… Mais sur notre passage les gens gardent leur sourire si beau, se disputant toujours  aussi malicieusement la premiere place devant notre objectif ou la benediction du pere a la maniere Philippine en portant sa main a leurs fronts. Ils ne reclament rien et sont heureux de voir que l’on s’interesse a eux . Certains nous racontent leurs histoires toutes plus dramatiques les unes que les autres car beaucoup de maisons ici n’ont qu’un etage, pas moyen donc de se refugier en hauteur, et ils ont tous perdus, des parents ou des amis. Mais de beaux temoignages, comme ce pere de famille qui avait absolument tout perdu mais etait si heureux d’avoir pu sauver son bebe. Nous faisons aussi la belle rencontre du Pere Emmanuel sur sa bicyclette. Pretre de la congregation de Saint Francois Xavier, il vit depuis 5 ans aux Philippines, parle completement tagaog, et on le sent totalement integre dans la population. On echange nos coordonnees afin de pouvoir potentiellement organiser des missions dans ce quartier si le Pere Emmanuel arrive a nous trouver un endroit déjà nettoye.

            Magali intervient un petit peu au telephone a la demande du pere Onoda afin de repondre aux questions du Dr Dickes en France.

De retour au prieure nous prenons les consignes avec le Dr Cagape qui a fini d’organiser la mission pour demain et nous partons avec Cristina, notre nouvelle hote, car les missions a Manille continuant, nous ne pouvons pas rester a l’hotel (trop cher). Elle nous invite dans un restaurant chinois, car elle est elle-meme d’origine chinoise. Repas somptueux ou il y avait a manger pour 10! Nuit tres bonne dans cette maison au cadre luxueux!

Commenter cet article