"Il est aussi beau de peler des pommes de terre pour l'amour du Bon Dieu que de batir des cathedrales " G de L

Publié le par Blandine

Dimanche 8 novembre

 

A  8h30 nous sommes de retour dans le mouroir des petites soeurs de la Charite. Le travail est déjà bien avance car tout doit etre prêt pour la messe de 10h. Tout le monde s’active, l’atmosphere reste cependant paisible.  La messe est celebree tous les matins a 6 heures en semaine, et comme pour le dimanche, y vient qui peut et qui veut. En attendant la messe nous posons des autocollant sur les couches qui n’en etaient pas pourvu.

C’est amusant de voir toutes les familles affluer  dans la chapelle devenue trop petite. Voisin ou familles de volontaires? Mais les pensionnaires semblent ravie de voir arriver tous ces enfants! Une messe ornee de beaux chants polyphoniques et tres priantes.

Pour le repas de midi, le travail ne manquent pas car aujourd’hui les stagiaires ne sont pas la. Pendant la sieste nous allons au Mall juste a cote pour prendre nos billets de retour pour Gen San. Contraste de ce mall, neuf, grand et luxueux et de notre petite maison de defavorises dela vie!

L’apres-midi, pendant que Perrine et Magali aide a plier le linge, je fais quelques pansments et prens des tensions pour aider les soeurs. Le Dimanche est aussi pour les pensionnaires jours de “marche”, chacun vient faire ses provisions de savon et de shampooing. La petitekeaz3og8 soeur singapourienne est impressionnante! L’oeil a tout, elle est partout a la fois: pour encourager cette postulante dans la confection des pansements, surveiller le bon ordre de la lessive, apaiser tel pensionnaire qui a des angoisses ou relever tel autre qui glisse. C’est aussi tres beau de voir comment chacun, a la mesure de ces capacites, tient a aider au fonctionnement de la maison, a la vaisselle, a la lessive, a l’arrangement des fleurs de la chapelle! Ainsi, le “marche” est supervise par Alberto qui n’a plus de jambe gauche et galope avec sa jambe et sa vieille bequille. Parfois son regard se perd dans le vague, mais si vous lui souriez, alors vous aurez droit au plus beau sourire du monde! Cette maison restera pour nous la maison du sourire… sourire de Rosa, toute contente que l’on s’occupe d’elle, sourire de Vivianna, un peu triste, sourire de toutes ces peites soeurs, tout plein de generosite, sourire enfin de tous ces “lolos”, qu’on entend jamais se plaindre de leur sort!

Et voila déjà 5 heures, juste le temps d’aller recuperer notre missel dans notre petite pension, pour aller a notre messe.

Demain on retourne de nouveau dans notre maison des defavorises, une nouvelle journee ou l’on va apprendre a voir avec le Coeur, essayer de donner un peu et beaucoup recevoir!

Commenter cet article