decouverte de la communaute Mary Queen of Heaven

Publié le par perrine

Mardi 10 novembre

 Nous rencontrons aujourd’hui les religieuses de la communaute Mary Queen of Heaven Missionaries a 14h au bureau de Mam Gloria. Ce qui signifie grasse matinee ! Blandine et moi nous levons a 9h30 mais nous aurions pu rester au lit longtemps si Magali ne nous avait pas reveille. Nous prenons notre premier café chaud grace a la bouilloire de l’hotel et a des verres que nous avons recupere. Nous utilisons notre temps libre a un peu de tourisme: visite du Fort San Pedro au centre duquel se trouve un jardin tres bien tenu. DSC03203 taille reduiteDSC03186 taille reduiteBlandine en profite pour prendre toute une serie de photos sur les fleurs. Amis de la nature et des fleurs, votez pour Blandine!  Petit passage au mall Robinson pour quelques achats dont des cadeaux de Noel pour les filles de Gensan . Dejeuner dans notre lieu fetiche de tous les midis. Nous dejeunons cette fois ci au bar perches sur des tabourets.

Arrivees au bureau de Mam Gloria, nous rencontrons les 3 religieuses en montant l’escalier. Soeur Corazon, Soeur Monica et Soeur Rosa. La Mere Generale, nous montre un power point expliquant l’apostolat qu’elles font aupres des prostituees puis la prise en charge de ces femmes et de leurs enfants dans un centre : nourriture, vetements, mission medicale, scolarisation puis suivi de ces femmes quand ells trouvent du travail et partent de la “Home of Love” . Celles ci sont toutes en rose, symbole de la joie et de la compassion. Elles se mettent en civil quand elles vont a la rencontre des DSC03234 taille reduiteprostituees et elles leur proposent ensuite de changer de vie. Mais en juillet dernier leur maison a pris feu a cause d’un court circuit. Par miracle personne n’est mort daqns l’incendie. Plus grand miracle encore : alors que tout a ete brule et detruit par le feu, l’image de Notre dame de Guadalupe qu’elles possedaient est restee intacte ! Nous admirons la confiance de ces religieuses qui restent heureuses de leur sort et ont su reconnaitre la main de la Providence, malgre cette epreuve, dans la sauvegarde de cette image de la Vierge. Le batiment est maintenant en cours de renovation mais les femmes dont elles s’occupaient ont ete temporairement remplacees dans leur famille ou sont revenues a leur vie passee. Les soeurs continuent donc a rendre visite a ces femmes pour leur apporter le soutien et leur assurer qu’elles pourront revenir une fois les travaux termines. La mere Generale nous parle avec douceur et calme et on sent dans son visage le bien-fonde de leur ordre et l’apostolat extraordinaire qu’elles font aupres des prostituees. Vocation particuliere, mais ne doit-on pas venir en aide aussi aux brebis egarees…

Entre temps Mam Gloria revient avec tout un chargement de Jollybee. Comment lui dire que nous venons juste de dejeuner et que nous n’avons absolument pas faim… Nous devons lui faire honneur, repond Magali! Nous ingurgitons quelques frites mais …horreur ! ells ont un gout absolument infect ! A la fin de l’entretien nous prenons une serie de photos. Et oui nous sommes aux Philippines ! Blandine et moi nous apercevons que sans le faire expres, nous sommes assorties aux religieuses  par nos tee shirt ! On dirait deux novices ! Nous echangons aussi nos addresses car Mere Generale aimerait avoir des contacts en France pour pouvoir beneficier  par notre intermediaire de logements ou de guides.  

Nous repassons a l’hotel pour recuperer des medicaments que nous rendons a Mam Gloria. Dernier adieu a Mam Gloria, puis au Santo Nino de Cebu. Le santo Nino fait l'objet d’une grande devotion du peuple DSC03246 taille reduitephilippin, particulierement les 9 vendredis precedents Sa Fete. Le saint patron de Cebu est le Santo Niño de Cebu dont la statue se trouve  dans la plus vieille église du pays, la Basilique Mineure de Santo Niño. !! Le 3ème dimanche de janvier se déroule le festival Sinulog, le festival le plus important et le plus populaire de la province. Ce festival est dédié au saint enfant « Santo Nino ».

Pour la petite histoire Ferdinand Magellan donna en cadeau le Santo Niño à la femme du chef, Rajah Humabon, la reine Juana,pour son bapteme. Le dimanche 14 avril 1521, furent baptisees huit cent personnes dont le roi Humabón recevant le prénom du roi d'Espagne, Charles, et la reine celui de sa mère, Juana. Magellan lui remit alors une petite statue de bois représentant l'Enfant Jésus, que lui avait donnée DSC03239 taille reduitel'archevêque de Séville avant son départ, et qu'elle mit ensuite à la place des idoles: elle est aujourd'hui l'objet d'un vrai culte, dans l'église de Saint-Augustin de Cebú, appelée «Basílica del Santo Niño», non loin d'une sorte de chapelle octogonale où se dresse la «Croix de Magellan. Grâce à Humabón, qui «jura d'être toujours fidèle et soumis» à Charles Quint, Magellan obtint l'adhésion de tous les roitelets voisins, à l'exception de Lapulapu, chef de l'île de Mactan. Il décida alors de l'affronter et se rendit sur cette île avec 60 de ses DSC03243 taille reduitehommes et des cébuans montés sur 20 pirogues. La rencontre eut lieu le 27 avril au matin et tourna vite à la déroute pour les Espagnols, qui laissèrent sur le rivage treize morts dont Magellan lui-même.

 

 L’eglise est tout le temps remplie et les gens font la queue pour aller toucher la statue et prier devant. Maniere un peu espagnole de prier: ils frappent la vitre plusieurs fois pour dire bonjour au Petit Jesus puis ils caressent la vitre puisqu’ils ne peuvent pas toucher Ses Vetements, puis, pour dire aurevoir au Petit Jesus, ils saluent de la main. Certains saluent meme le Petit Jesus de loin, ce qui est assez surprenant au debut quand on ne connait pas la coutume car on se demande a qui ils disent bonjour. Le Santo Nino ressemble au Petit DSC03244 taille reduiteJesus de Prague car ils ont tous deux le meme pays d’origine (l’Espagne). Tres souvent dans les maisons ou dans les jeepneys on voit un petit Santo Nino, parfois meme on le voit en taille humaine, habille comme les statues espagnoles. Les Philippines sont tres impregnees de l’influence espagnole, particulierement dans le domaine religieux

 En sortant nous nous apercevons d’une coupure d’electricite generale. Les rues ne sont eclairees que par les phares des voitures ou a la lumere des bougies. Nous arpentons les rues a la recherche d’un taxi pour retourner dans notre hotel.

Commenter cet article