Cebu, l'ile du Santo Nino

Publié le par perrine

Vendredi 6 Novembre

 

Lever a 5h30 apres seulement 4 heures de sommeil… Et oui nous voulons dire un dernier adieu a nos deux amis boholanos ! Ceux ci repartent ce matin sur Manille car Seymour doit reprendre le travail. Nous prenons le petit dejeuner ensemble pendant lequel nous leur offrons une petite carte chacun et un sac de toblerones. Mais en bons philippins, ceux ci n’ouvrent pas leur cadeau devant nous. Une derniere photo, un dernier signe de la main tandis que la jeepney s’eloigne. DSC03160 - réduiteCa y est nous ne sommes plus que trois. Drole d’impression ! DSC03168 [1600x1200]La tante de Seymour propose que sa voisine, Angelina, nous emmene au port avec la voiture de sa soeur. Nous convenons de partir une demi heure plus tard, vers 7h, le temps de boucler nos bagages. Nous partons au port avec la tante car celle ci travaille dans les societes de bateau. Nous laissons un porteur s’occuper de nos bagages pendant que nous allons prendre nos tickets. (et oui c’est plus confortable ainsi !). Notre bateau part a 9h30, ce qui nous fait deux heures d’attente dans une salle speciale avec sieges inclines au grand bonheur de blandine ! Dernier adieu a la tante, quelques achats de Kiss Bohol (petits gateaux a la cacahuete) dont nous reservons un paquet a Kristina, notre premiere logeuse a Manille,car elle en est tres friande. A 9h30 toujours pas de bateau. Nous ne sommes pas inquietes, l’attente fait partie des habitudes… Nous embarquons seulement vers 10 heures mais le bateau ne part que vers 10h30 ! Traversee tranquille durant laquelle Blandine nous relit de A jusqu’a Z les chroniques des missions medicales du carnet de bord. Eclats de rire peu discrets en relisant certaines anecdotes et surtout en remarquant que dans chacune de mes chroniques je detaille par le menu chacun de nos repas! (rassurez vous je vous fais grace de ses details sur le blog!). Blandine , quant a elle,  tient regulierement mon etat de santé : c’est touchant ! Arrivee a Cebu vers 12h30. Grand ciel bleu et grosse chaleur. Au moment de monter dans le taxi, 3 ou 4 philippins bondissent sur nos sacs pour les mettre dans le coffre afin de recolter quelques sous. Et oui trois francaises, avec un tel chargement, ca ne passe pas inapercu ! Nous partons en direction du Cebu Doctor’s Hospital pour retouver Mam Gloria, notre contact sur place. Je ne pouvais m’empecher de penser avant de la renconter, a la gouvernante noire dans Scarlett qui passe son temps a dire “Mam Scarlett, Mam Scarlett…”. Du coup je me l’imaginais comme une brave dame bien grosse ! Et bien non elle n’est pas grosse, elle est mince et en plus elle ne ressemble pas a une philippine car, nous explique t elle, elle a du sang espagnol. Celle ci est infirmiere generaliste. Elle nous met tout de suite dans le feu de l’action en nous detaillant plus precisement les endroits ou aller : 1er lieu, le mouroir des soeurs de Mere Teresa (dying destutitute house) appele “Casa Sa Gumna “, ou  nous devons deposer des couches venues de France ( 5 cartons attendent au prieure), 2eme lieu, un centre d’accueil pour les anciennes prostituees dirige par des religieuses. Ce centre a besoin d’aide car leur batiment situe dans les montagnes a brule. Un nouveau chantier est en cours. Nous decidons de rencontrer la mere superieure pour ecouter et lister leurs besoins.

Nous dejeunons avec Mam Gloria chez Jollybee. Nous passons ensuite a l’hotel que nous avons trouve grace au guide Petit fute. Petit clin d’oeil de la providence, celui s’appelle:“C’est la vie “! (le seul de la liste qui sot francais et le plus interessant au point de vue du prix et de la situation geographique). Nous repartons ensuite pour le mouroir des Soeurs Teresa. Rencontre tres agreable avec la soeur infimiere originaire de Singapour, petite religieuse toute rayonnante. Celle ci nous raconte l’histoire d’une mere et de ses deux enfants atteints de tuberculose, arrivant dans la deuxieme maison des soeurs, accueillant  les enfants malades. La mere meurt et les enfants deviennent soudainement orphelins.DSC03170 taille reduite

Nous lui disons que nous voudrions bien revenir le lendemain pour aider. Elle accepte avec joie notre proposition et se rejouit que nous apportions les 5 boites de couches. Nous nous arretons devant le Saint Sacrement car la chapelle, ici est toujours ouverte. Nous echangeons quelques sourires avec quelques vieilles dames toutes ridees mais bien coiffees, qui prennent l’air assises sur leur chaise. Mam Gloria suggere une après midi repos. Nous partons donc en direction de la basilique du Santo Nino. DSC03246 taille reduiteNous recitons le chapelet en faisant la queue pour aller prier devant la statue du sant Nino. La basilique est bondee et il faut se faufiler entre les gens pour arriver a se glisser a l’interieur de l’eglise. Celle ci est tres jolie avec son immense retable de style baroque et son plafond peint. Nous visitons rapidement la cathedrale, juste a cote, qui est plus jolie exterieurement. DSC03175 taille reduiteVisite du saint Sacrement dans une chapelle situee a l’exterieur contre un de murs de l’eglise. La chapelle est tres moderne et tres depouillee. Seul trone au centre l’ostensoir avec le saint Sacrement. Tres souvent nous voyons des chapelles de ce genre a cote des eglises, et celles ci sont toujours pleines. Les gens y viennent quelques minutes, parfois plus longtemps, entre deux courses. Quand une personne sort de la chapelle, elle salue de la main le Saint Sacrement et sort a reculons sans tourner le dos comme l’ancien  protocole reserve aux rois. Nous nous arretons ensuite devant une mausolee octagonal au centre duquel se trouve la Croix de Magellan, croix que ce dernier a plante dans le sol en arrivant aux Philippines. Nous nous faisons alpaguer par des bandes de gamins tres sales. DSC03177 taille reduiteJe fais un heureux avec la fin d’un paquet de gateaux.  Nous retournons ensuite a l’hotel et dinons dans le restaurant d’en face. Au moment de regler la note, Magali avec beaucoup de calme reussit a ne pas regler les 10 % supplementaires du au service, car , explique-t-elle au serveur, cela n’est pas indique sur le menu. Elle sort l’une après l’autre toutes ses factures et semble convaincante car le serveur revient quelques seconds après… sans les 10 % !! ( Magali tient les comptes et nous essayons de faire attention car c’est l’ACIM qui prend en charge nos repas et tout est beaucoup plus cher qu’a Gensan…). Nous prenons ensuite un petit pot (shake et fragatti au café ) dans un café lounge dote d’une connexion internet wifi (wai fai en anglais !) Nous regardons les horaires pour le vol du retour sur Gensan. Les moins chers : lundi ou mercredi. Nous envoyons un mail a Yolly et a Jean Pierre Dickes en leur demandant s’il serait possible de rester jusqu’a mercredi pour pouvoir aider les petites soeurs de Teresa pendant trois jours. Nous profitons de la connexion pour envoyer un mail a nos familles. Bladine rassure son arrire grand mere qui proposait d’appeler l’ambassade de france pour avoir des nouvelles !! Les  shakes sont vraiment bons ici : et qauand on trouve une bonne adresse, il faut y revenir ! L’avantage c’est qu’il se trouve a deux minutes de notre hotel donc… pourquoi se priver ?!

Commenter cet article