un nouveau palace!

Publié le par perrine

Ce matin pendant que nous petit-dejeunions et prenons nos habituels fou-rire avec Marie-Car toujours aussi petillante, une maman arrive avec sa petite fille dans les bras. La petite puce a un an et parait a peine 5 mois. Elle est atteinte de la meme malformation que la petite Jane dont nous vous avions parle et que nous avions accompagne lors de sont transfert a Davao. Elle a un menigo encephalocele (malformation des os craniens avec formation sur le visage d'enorme kyste de liquide cephalo rachidien) Cette petite fille ne peut meme plus regarder les gens de face et son oeil gauche reste a moitie ferme. Elle est tombe il y a une semaine sur le kyste qui s'est ouvert. A l'hopital, elle a ete recousue mais suffisement mal pour que depuis une semaine le liquide cephalo rachidien s'echappe goutte par goutte en continu... L'hopital a envoye cette pauvre maman perdue ici, au bureau de l'acim en lui disant que l'on pourrait peut-etre prendre en charge les soins urgents dont sa fille a besoin. Mais aura-t-on les moyens de payer les frais engendres par cette patiente supplementaire? Yolly se demene deja actuellement pour arriver a faire rentrer dans le budget Jane, le petit Rico qui a un bec de lievre, et ses autres enfants dont j'ai oublie le nom avec une hernie ou une occlusion de l'anus... et tous ceux qui apres les missions medicales de l'ete ont besoin d'un suivi!

Aujourd hui nous allons enfin decouvrir notre nouvelle demeure ! Depuis trois semaines Yolly et les autres nettoient la maison et font la chasse aux cafards et aux moustiques pour faire de cette maison un lieu vivable. Magali a deja eu un petit apercu et ses descriptions n ont pas ete pour nous rassurer. Nous partons donc avec un peu d apprehension au ventre et beaucoup de curiosite. Les routes ont ete abimes par les fortes pluies qui ont creuse des gros trous dans la terre. Nous nous enfoncons dans une allee de plus en plus etroite ou le goudron fait peu a peu place a la terre. Nous passons devant un terrain de basket puis nous tournons et arrivons au bout de l allee. Nous voici arrives ! Devant la grille se trouve un tas de detritus que nous avons vite fait d enjamber. Nous passons dans une petite cour interieure qui precede l  entrée. La maison est spacieuse mais sombre en raison du peu de fenetres. Derriere la cuisine, se trouve une sorte de buanderie ou trone au centre une antiquite digne des musees mais qui sert ici a alimenter toute la maison en eau : une pompe a eau.
http://www.wat.tv/video/pompe-eau-1tqqj_1s5aw_.html
Il y a bien sur des eviers mais aucun robinet ne fonctionne. La salete du sol ne nous fait pas attendre longtemps pour nous emparer de tous les instruments necessaires au nettoyage. Voila l’ une avec un balais, l autre avec la serpillere. Blandine, elle, s est attribue la pompe a eau, son nouveau joujou, et l active avec une vigueur et une dexterite surprenantes. Crise de fous rires en songeant a toutes les corvees d eau que nous allons devoir faire matin et soir pour remplir nos seaux a l usage de la douche et des toilettes. Sourire amuse lorsque Maricar nous demande naivement : Vous n avez pas cela en France ?  Magali lui retorque tres spontanement que nous n avons plus cela depuis au moins 100 ans! Maricar ne repondant rien, nous esperons ne pas l avoir vexe…  Nous nettoyons la salle de bains a grands coups d eau javelisee. Celle ci est une toute petite piece sans fenetre avec  juste des toilettes sans chasse  d’eau, un seau dont la proprete est plus que douteuse et une petite etagere branlante. Avec un sol propre c est deja beaucoup mieux ! Nous avons deux chambres pour trois car les autres chambres de la maison sont inutilisables tellement elles sentent le renferme. La maison reluit petit a petit de mille feux (facon de parler) et nous sommes fieres de notre petite maison, telles des enfants ayant nettoye leur cabane salie par les mois d’ hiver ! Apres le menage nous allons nous aerer dehors pendant que Judith et Maricar partent au bureau en quete d objets necessaires au confort des lieux. Quoi de mieux en guise de recreation qu une petite partie de basket ! Whilmer a apporte son ballon et nous nous echauffons tout d abord en essayant de marquer quelques paniers. Nous formons ensuite deux equipes : Blandine et moi contre Whilmer et Magali. Quel jeu acharne ! Il ne dure cependant pas longtemps car nous devenons tres vite degoulinantes et rouge ecarlate ! Et oui on a beau aimer le basket il faut tout de meme un entrainement regulier ce qui n est pas encore notre cas. Mais peut etre que dans deux mois… nous deviendrons des pros du basket ! La partie finie, nous nous reposons sur le bord du terrain en tentant de reprendre notre souffle. Mais voila qu apparaissent Judith et Maricar dans une voiture pleine a craquer : une vraie caverne d’ Alibaba. Celles ci ont degotees tout un tas de choses pour agrementer notre interieur ; deux peites etageres pour y poser nos vetements, une pelle (objet precieux ici car tres rare), des bassines et des seaux et un matelas. Notre maison devient un vrai palace!

Apres l effort, le reconfort. Nous degustons pour notre merienda  les derniers pancakes apportes par Judith et Maricar. Nous avons l’ impression maintenant de jouer a la dinette !

Judith nous explique aussi que nous allons pouvoir maintenant cuisiner nous memes nos petits plats puisque nous disposons d une cuisiniere et d un frigidaire. Nous la regardons un peu apeurees car nous ne savons pas cuisiner la nourriture philippine. Nous voulons bien essayer cependant si cela leur revient moins cher et si notre autonomie les arrange. Judith se propose de faire les courses avec nous et de nous apprendre quelques recettes simples. C est une bonne occasion d’apprendre!

Dans l' entrée nous avons decouvert un tableau veleda. Je reprends donc mes reflexes d instit et reproduis avec ma plus jolie ecriture les lettres de l’ alphabet. Judith et Maricar se transforment rapidement en eleves disciplines qui repetent docilement les lettres et les sons. Quelle motivation. Blandine quand a elle, se met en devoir de leur apprendre un chant francais : et on pagait, on pagait… cela plait beaucoup a Maricar qui repete les paroles avec les memes intonations que Blandine. Cela lui a tellemnt plu qu en venant nous chercher ce matin , elle a chante la derniere phrase a Blandine avec un sourire complice! "et on peut plus pagayer"!

Mais il est temps de partir car il est maintenant 6 heures et il fait deja nuit! Nous arrivons au bureau, tout excites en chantant  le chant Le lion est mort ce soir. Fou rire de nos amis car dans leur version le lion dort tandis que dans la notre le lion est mort. Pourquoi ce changement ? Nous n’en avons malheureusement pas la reponse!

Nous sommes heureuses de revoir Kitz que nous n avons  pas vu depuis une semaine. Nous partons diner dans un fastfood manger des hamburgers locaux, bien nourrissants avec du coca mais sans frites car ils n en n’ont plus.  Sheryl qui ne veut plus de son hamburger fait la joie des quelques enfants crasseux qui trainent dans la rue en quete de quelques pieces de monnaie. Il fallait voir leurs sourires heureux en degustant les quelques bouchees du hamburger… On avait l impression de leur avoir donne un tresor !

Nous rentrons enfin chez nous pour une dernier nuit dans notre maison. Derniere soiree sur notre petite terrasse si agreble le soir pour lire apres la douche ou pour papoter.

Petite bataille a la bombe avant ma douche avec un cafard qui s est installe dans notre salle de bains. Je ne suis pas bien courageuse car mes cris attirent Mama qui aussitot mise au courant par Blandine vient me secourir de cet imposteur avec sa bombe. Le cafard ne met pas longtemps a etre cerne et a agoniser. Adieu le cafard ! Pas de pitie pour les ennemis de la tranquillite !

 

 

Commenter cet article

Bichette 29/09/2009 12:47


A quand la pendaison de crémaillère ? entrainez vous un peu à cuisiner philippin... et on arrive !!!!


Bob 29/09/2009 12:33


Un conseil : n'écrasez pas les cafards !
c'est vrai, je suis un ami des bêtes, mais c'est pas pour ça. Il faut savoir que si vous écrasez une femelle, les oeufs vont s'échapper, se répandre (via vos semelles par exemple), et
vont éclore un peu partout ! et là c'est l'invasion de petits cafards, mignons peut-être, mais qui vont grossir et se reproduire à leur tour !!
Donc il est préférable d'utiliser des produits (quand c'est possible...); sinon, trouvez une autre solution... mais je ne me fais pas de soucis sur votre imagination : vous vous fabriquez
bien des chasses d'eau artisanales, vous saurez inventer des chasses-cafards! Bonne chance!


Blanche Neige 29/09/2009 09:52


Pépette,
Courage fuyons...... Les ptites betes ne mangent po les grosses!!


Nicolas de Preville 29/09/2009 09:44


Bravo pour ces bonnes nouvelles. On pense bien à vous.